Écrits d’Art Brut – Wild Expression & Thought © 2021 Museum Tinguely, Basel ©Matthias Willi

Ecrits d’Art Brut au Musée Tinguely

L’aventure de l’Art BrutJeudi, 4 novembre 2021 à 18h15 Conférence par Lucienne PeiryEn association avec le Musée Tinguely et la Société d’Etudes françaisesau Musée Tinguely

Armand Schulthess, Arbre de chimie aromatique, 1971 © Musée Tinguely
Armand Schulthess, Arbre de chimie aromatique, 1971 © Musée Tinguely

 

 

Écrits d’Art Brut – Langages & pensées sauvages du 20 octobre 2021  au 23 janvier 2022

Par une vaste exposition collective qui se tiendra du 20 octobre 2021 au 23 janvier 2022, le Musée Tinguely présente la diversité des« tableaux écrits» par 13 createurs internationaux de l’Art Brut. Vivant le plus souvent en marge de la société, isolés ou exclus,  ils créent dans leur propre univers sans savoir qu’ils évoluent  dans les sphères de l’art. Des signes sont inscrits sur des surfaces diverses, des tissus sont brodés, des murs sont peints. L’exposition rassemble des œuvres présentées pour la première fois en Suisse et provenant d’une douzaine de musées ainsi que de collections publiques et privées de divers pays européens et du Brésil. Par ailleurs, des films documentaires et des photographies  invitent le public à découvrir les artistes dans leurs lieux de résidence et de travail et à s’immerger dans leurs mondes reclus.

Lettres d’amour ou de rage, poèmes, prières, messages érotiques et plaidoyers, journaux intimes et récits utopiques, les écrits d’Art Brut,  fort  peu  connus,  provoquent saisissement et fascination. Créés à  huis clos pour la plupart,  dans le secret et le silence, ils sont souvent privés d’adresse ou sont réservés à quelque destinataire onirique ou spirituel.

Étrangement calligraphiés ou rédigés à la hâte, quelquefois brodés ou gravés avec ferveur dans la pierre, ces écrits sont souvent accompagnés de peintures ou de dessins. Révélant une créativité stupéfiante, ils relèvent d’un besoin entêtant voire impérieux d’expression et constituent une forme de résistance sourde.

L’écriture favorise l’introspection et devient une ressource majeure,  ouvrant  parfois la voie à une quête identitaire ou à l’invention d’une autre vie, permettant d’autres fois la construction d’un nouveau monde ou la réorganisation du cosmos. Livres et feuillets, cahiers et carnets, parures corporelles et bannières deviennent les supports d’inscriptions personnelles extravagantes, dotés d’une double qualité, poétique et plastique. Ils servent leur recherche entêtante, celle de l’essence des choses et des mots.

Les treize auteurs, diaristes excentriques, épistoliers ou écrivains utopistes – découverts par Jean Dubuffet ou dénichés plus récemment – sont exempts de tout désir de publication. Ils abordent l’écriture avec ingéniosité et désinvolture, faisant valser syntaxe,  grammaire et orthographe. Aux conventions  et aux normes, Adolf  Wblfli, Arthur Bispo do Rosario ou Giovanni Battista Podestà – que Jean Tinguely appréciait particulièrement – préfèrent les inventions langagières, les jeux sémantiques ou les labyrinthes graphiques de mots, de phrases et de signes. Au fil des lignes, les règles sont bousculées, troublées de l’intérieur, car l’intention des auteurs n’est pas celle de la communication ou de l’échange d’informations. La pensée suit son cours, les idées, souvent déconcertantes, surgissent et leur imagination semble les surprendre eux­ mêmes. L’écriture prend une valeur performative.

Les délicates ceuvres textiles du Brésilien Arthur Bispo do Rosàrio sont exposées pour la première fois en Suisse dans le cadre de l’exposition« Écrits d’Art Brut – Langages & pensées sauvages». Le seul artiste vivant dont les ceuvres seront présentées  ici est le Suisse Pascal Vonlanthen. Lors de la préparation de l’exposition, un film a été réalisé sur l’ceuvre de ce dernier. Certains de ses dessins seront également montrés au public pour la première fois, de  même que des ceuvres  de Fernando  Nannetti. D’autres vidéos donnent un aperçu de la vie des auteurs décédés. De rares portraits photographiques animent la scénographie de l’exposition.

L’artiste Mali Genest reconstitue spécialement pour l’exposition une ceuvre détruite de Marie Lieb (1844-1917), dont il ne reste aujourd’hui que deux photographies (1894) provenant du service psychiatrique de Heidelberg.

Un ouvrage de Lucienne Peiry consacré aux écrits d’Art Brut comprenant de nombreux textes et près de 150 illustrations, accompagne l’exposition: Écrits d’art brut.

Graphomanes extravagants (Paris, Le Seuil).

Arthur Bispo do Rosario, Giovanni Bosco, Marie Lieb, Heinrich Anton Müller, Fernando Nannetti, Laure Pigeon, Giovanni Battista Podestà, Armand Schulthess, Constance Schwartzlin-Berberat, Charles Stetten, Pascal Vonlanthen, Adolf Wblfli et Carlo Zinelli.

Commissariat : Lucienne Peiry Scénographie : Sarah Nedir

 Musée Tinguely 

Titre de l’exposition : Écrits d’Art Brut – Langages & pensées sauvages

Adresse: Museum Tinguely I Paul Sacher-Anlage 1 l 4002 Basel Vernissage: Mardi, 19 octobre 2021 à 18h30

Horaires d’ouverture: mardi – dimanche, tous les jours 11h-18h

Giovanni Bosco, Wandmalerei in Castellammare del Golfo (Sizilien), 2008©Musée Tinguely
Partager cet article :