Julia Hülsmann Jazz Festival Basel 2021 ©VB

Jazz Festival de Bâle Julia Hülsmann

Michael Schiefer Jazz Festival Basel 2021 ©VB
Michael Schiefer Julia Hülsmann octet Jazz Festival Basel 2021 ©VB

Pop jazz à textes avec Julia Hülsmann et son octet

La pianiste allemande aux faux airs de Meryl Streep Julia Hülsmann n’est pas venue seule : ils étaient 8 , en tout , trois chanteurs , une violoniste ,  un contrebassiste , une violoncelliste, une batteuse . Beaucoup de femmes pour ce concert exceptionnel mais , il faut l’avouer , celui qui crève l’écran est bien du genre masculin . Michael Schiefer -lauréat du prix ECHO Jazz -chanteur dont la tessiture vocale se rapproche parfois de celle d’un Farinelli, ne se contente pas de chanter , il mime avec force distorsions tirant au comique , une série de sentiments relevant de la folie furieuse, visuellement en tout cas. Nous voilà sortis de notre zône de confort ! Le jazz a définitivement gagné une place d’honneur sur la scène musicale contemporaine . Pour preuve a-t-on entendu ce soir des arrangements de Feist ou d’Alanis Morissette .

Julia Hülsmann:

Julia Hülsmann Oktett  donnait deux concerts dans le cadre du pour la première fois à Bâle. Elle est l’une des plus éminentes musiciennes de jazz européennes d’aujourd’hui et a une affinité particulière avec la voix humaine. Rebekka Bakken, Roger Cicero ( décédé en 2016 ) – artistes entendus à Bâle -Theo Bleckmann – la liste de ses collaborations avec des chanteurs est aussi éblouissante que longue.
Le fait que Julia Hülsmann soit si souvent qualifiée de « parolière du jazz allemand » a sûrement un rapport avec les albums qu’elle a publiés après ses débuts en 2000. Car elle y a présenté des projets littéraires fascinants avec son trio (dans lequel Heinrich Köbberling avait pris la place de Rainer Winch) et un chanteur invité différent à chaque fois. Avec la chanteuse norvégienne Rebekka Bakken, elle a mis en musique des poèmes de E.E. Cummings pour « Scattering Poems » en 2003, avec l’Italienne Anna Lauvergnac un an plus tard pour « Come Closer », des morceaux du parolier Randy Newman, et avec le chanteur de jazz le plus populaire d’Allemagne Roger Cicero en 2006 pour « Good Morning, Midnight », des textes d’Emily Dickinson. Ces albums lui valent non seulement des critiques élogieuses, mais sont également extrêmement bien accueillis par le public. Hülsmann a reçu un German Jazz Award en 2003 pour les plus de 10 000 exemplaires de « Scattering Poems » vendus.

Julia Hülsmann, née à Bonn en 1968, joue du piano depuis l’âge de onze ans. Elle a formé son premier groupe à l’âge de seize ans. En 1991, elle s’installe à Berlin pour étudier à l’Université des Arts. Elle y enseigne aujourd’hui ainsi qu’à  la Hochschule für Musik und Theater de Hanovre. Bien qu’elle se consacre principalement à son propre trio avec Marc Muellbauer et Heinrich Köbberling, Julia Hülsmann trouve également du temps pour d’autres projets. 

Le Süddeutsche Zeitung la qualifie de « bel esprit parmi les pianistes de jazz allemands », dont le jeu mettant l’accent sur la mélodie est un parfait exemple de la proximité avec le lyrisme et le chant
En mai 2015, l’octuor a célébré sa première dans le cadre du Women in Jazz Festival à l’Opéra de Halle en Allemagne, qui affichait complet.
Julia Hülsmann est attachée au mélange des origines culturelles traîtées comme une richesse . C’est ainsi que l’on profite tantôt des textes portugais sur groove brésilien d’Aline Frazao, ou du style merveilleusement cinégénique du chanteur de jazz allemand Michael Schiefel. 

Line-Up :
Julia Hülsmann – piano
Eva Klesse – batterie
Eva Kruse – basse
Héloïse Lefebvre – violon
Susanne Paul – violoncelle
Aline Frazão – voix
Mia Knop Jacobsen( remplacement de Live Maria Roggen indisponible )- voix
Michael Schiefel – voix

Dernier album en 2019 Not Far From Here  qui contient une reprise de David Bowie, This Is Not America. L’album a été enregistré aux Studios La Buissonne près d’Avignon dans le sud de la France qui a reçu entre autres Brad Meldhau , Richard Galliano , Daniel Humair , Philippe Katherine, tous vus dans le cadre du jazz Festival de Bâle , et bien d’autres encore .

Jazz Festival Basel 2021 Michael Schiefer ©VB
Jazz Festival Basel 2021 Michael Schiefer ©VB
Partager cet article :