Jean-Pierre Darroussin est Rimbaud en feu

,

9 janvier 2022

Jean-Pierre Darroussin Rimbaud en feu Théâtre le Grrranit Belfort ©VB

Arthur Rimbaud en son âme et ( pleine ) conscience . Le Grrranit de Belfort a reçu Jean-Pierre Darroussin pour Rimbaud en feu .

L’âme n’a pas d’âge ! Où se cache l’âme du poète maudit ? Si légère , 21 grammes à peine , juste ce qu’il faut pour planer bien au-dessus tout là-haut et voyager en toute liberté . Ainsi , il se pourrait que le corps ne soit qu’un accessoire superflu , car c’est l’âme qui vous possède. Et où va-t-elle lorsqu’elle se libère ? Dans le cosmos pardi !

Rimbaud en feu ! Ici , rien n’est vrai , tout est vrai ! Rimbaud n’a pas 17 ans ni même 37 ;  d’ailleurs , est-ce bien lui qui nous parle ? Arthur Rimbaud ( c’est le nom que nous lui donnerons ) est enfermé dans un établissement psychiatrique de Charleville- Mézières qui pourrait bien être l’hôpital de la Conception à Marseille , celui-là-même où le poète de retour d’Afrique rend l’âme (…) le 10 novembre 1891 . Par ailleurs, Rimbaud n’est pas fou , enfin , ça dépend , parfois quand il déclame , c’est un peu difficile , on pourrait le croire un peu dément . C’est son infirmier Alfred qui le dit sur le ton de celui qui a tout mieux compris que nous autres ( saluons-là le potentiel comique de Jean-Pierre Darroussin dans le registre imitation de l’imbécile savant ) . Cela dit , Arthur cause tout seul et – c’est bien connu – les gens qui soliloquent sont toujours suspectés de naviguer à la lisière du délire . Bref , entrons dans cette folie joyeuse par la grande porte de l’enfer :  » jadis , si je me souviens bien , ma vie était un festin, où s’ouvraient tous les coeurs , où tous les vins coulaient… ».

Arthur Rimbaud / Jean-Pierre Darroussin se présente seul en un lieu qui se veut être une chambre d’hôpital ; voici la première surprise car notre imaginaire, fût-il rimbaldolâtrisé , ne place pas d’habitude le jeune poète tôt disparu des écrans radar dans ce cadre ; il y a là des lits jumeaux mais point de compagnon de cellule , solitude compensée par la convocation des amis ou autres ennemis , contemporains ou non ,  au cours de puissantes tirades proférées avec conviction et force déplacements . Parfois , Anna Novion , maîtresse d’oeuvre de la transformation de cette pièce d’action par la grâce d’une brillante mise en scène en un objet théâtreux captivant à tiroirs énigmatiques , donne quelques repères chronologiques … auxquels il ne faut se fier . Exemple : nous sommes en 1924 , André Breton sort son Manifeste du surrealisme , ce qui fait bien ricaner notre poète et fait dire à mon voisin : ben , Rimbaud est bien mort en 1891 ?? Exemple 2 : nous sommes à la Coupole où nous saluons dans le désordre Aragon et Elsa ,Cocteau , Piaf , Hemingway … entre le début des années folles et notre siècle . Eh oui ! Les artistes sont libres et peuvent nous faire voyager dans le temps , une grande supèriorité sur nous simples humains à faible capacité extrapolatrice .

Après ça, Rimbaud ne sera plus jamais  – seulement- ce poète éthéré doux rêveur au regard translucide qui a bercé nos douloureuses années d’adolescence , porté au pinacle de notre imaginaire pour des raisons pas toujours bonnes comme la beauté du jeune homme parti à l’aventure au bout du monde en mode rébellion libertaire , continuant de fasciner des peuplades d’ignares – je m’inscris naturellement dans la cohorte -;  Jean-Pierre Darroussin et Anna Novion font de ce Rimbaud en feu  un homme en colère , un fou en pleine conscience , un gars sans fioritures , pas de filtres , pas de bienséance , une sincérité pure dont nous avons tous oublié le sens tant elle s’est évaporée dans les méandres de notre siècle du paraître . Un régal , un soulagement devant ce Rimbaud irrévérencieux qui s’emporte , se désole , abandonne , voyage de son lit de fer jusqu’au mur et retour , vocifère , déclame ( eh oui , Rimbaud est aussi poète ). Pourquoi sommes-nous convaincus d’avoir à faire à un génie alors que ses vers ne sont que des leurres , des collets pour attraper des bouts de cerveau ratatinés ... Parce que nous prenons pour le poète ce qui n’est que son âme , une entité ectoplasmique dont nous pensons pouvoir disposer à notre guise , mais encore faudrait-il avoir  la conscience extralucide d’un voyant . 

Arthur est cash ! il n’aime pas ( sa mère,- la mother ,Boileau et encore davantage Mérat)  , il n’aime pas qu’on l’idolâtre ni qu’on envisage de la pantheoniser,  il déteste ce que l’homme a fait de son monde ,  il aime Michaux pour son insolence , Ignace de Loyola pour ses Exercices spirituels , une ode au poète , Leo Ferré frère d’âme , et surtout Verlaine , même si celui-ci a publié ses Illuminations sans le lui dire . Il a tout de même co-écrit avec son ami-amant le «  Sonnet du trou du cul  » , ( pas de second degré c’est dire le niveau d’intimité des comparses . Il trouve que l’art est une sottise parce qu’il sait compter : 19 millions de morts depuis la Grande Guerre , une calamité qui lui fait observer que la folie des mots ne redonnera jamais vie à la vie .  Rimbaud a connu la Commune à l’âge de 17 ans , ça vous marque un homme.  Putain de guerres , putain de militaires . Arthur est humble , il ne pense pas que du bien de ses poèmes , en particulier de son Bateau ivre et ses métaphores fluviales , ses fientes d’oiseaux clabaudeurs et autres hippocampes noirs et morves d’azur... Bon , c’est vrai , pas sur que le rêve soit au rendez-vous !

Souvent , les gens enfermés n’avaient aucune raison de l’être à part de ne pas suivre la même route que les braves gens qui , du coup , ne savaient qu’en faire .Rimbaud entre ses 4 murs planque une  fiole d’absynthe , un vermifuge reconnu depuis l’antiquité qui fait office de remontant argumente-t-il auprès de son infirmier. Rimbaud a des idées bien arrêtées sur tout , notamment à propos de l’âme qu’il connaît comme sa poche . Leçon : « c’était en 1907 je crois, un certain Duncan Mac-Dougall, médecin légiste de son état, a effectué au Texas une série de pesées sur 6 humains d’abord moribonds puis décédés : entre le premier état et le second se baladent 21 grammes exactement évadés dans le cosmos peut-être. Conclusion :  » l’âme existe , elle a une masse de vingt et un grammes . »Ainsi , au moment de mourir , ne devrions-nous pas parler de libérer l’âme plutôt que de la rendre ? Et que dire de l’expression disparaître corps et âme ? Qu’en savons-nous ? 

Note : « Qu’est-ce qu’un fou ? un mystique à l’état sauvage » 

JP Darroussin / Rimbaud le poète nous salue sur les notes du Temps des Cerises , la chanson du communard Clément reprise par Leo Ferré . Un faible écho enfle dans la salle du Grrranit, peut-être pour transporter délicatement l’âme du poète jusqu’à nous .

Le poète a toujours raison , n’est-ce pas ?

Jean-Pierre Darroussin en tournée pour Rimbaud en feu

Pièce mise en scène par Anna Novion d’après un texte de Jean-Michel Djian ..

Prochaines dates : 13 janvier au 12 mars 2022 Théâtre Antoine Paris  Théâtre le Grrranit Belfort 

Jean-Pierre Darroussin Rimbaud en feu Théâtre le Grrranit Belfort ©VB
Partager cet article :