Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/d2da16a102f96c72aaf6a66f873623e0/sites/baleregionmag.org/wp-content/themes/yootheme/vendor/yootheme/theme-wordpress-widgets/src/WidgetsListener.php on line 74
Guy Denning Galerie Cartel Strasbourg ©VB

Les créateurs du Musée d’Art Urbain de Neuf-Brisach ouvrent la galerie CARTEL

Clementine Lemaître Guy Denning Stanislas Belhomme galerie Cartel Strasbourg 2021 ©VB

Depuis le 7 juillet 2018 , nous connaissons -presque tous- le MAUSA , Musée d’Art Urbain et de Street Art installé dans les remparts de Neuf-Brisach par les bons soins de ses créateurs , Stanislas Belhomme et Clémentine Lemaître , une prouesse d’ingéniosité pour ces amoureux d’art inconditionnels dont la persévérance le dispute sans cesse au plaisir de la découverte d’artistes émergents ou de retrouvailles avec ceux dont le nom est déja connu du public. 

Pour inaugurer la galerie Cartel à Strasbourg – à deux pas du musée d’art contemporain et un saut de puce de la Petite France -, Stanislas Belhomme et Clementine Lemaître ont choisi l’artiste britannique Guy Denning , déja en résidence au MAUSA en 2018 et convié tout dernièrement dans le cadre de l’exposition  » Inside «   pour y réaliser une fresque reproduisant les dessins laissés dans les décombres de la mythique Tour 13 à Paris avec ceux d’une centaine de ses comparses street-artistes .  En raison des contraintes sanitaires , Guy Denning n’avait pu bénéficier de cette fenêtre ouverte sur son travail que 11 jours , la toute nouvelle galerie strasbourgeoise prend donc le relais .

Lorsqu’on interroge Stanislas sur les motivations d’ouverture de la galerie Cartel, il répond que l’artiste urbain ne peut pas être réduit à son travail extèrieur , sur les murs , mais que l’on doit également connaître ses travaux en atelier , sur toiles ou sur papier comme c’est le cas pour Guy Denning . C’est d’autre part une façon de répondre aux collectionneurs et autres amateurs d’art qui souhaitent accrocher une oeuvre de l’artiste chez eux. En outre , le MAUSA trouve ainsi le moyen de développer la petite galerie installée à l’entrée du musée désormais trop à l’étroit. 

Guy Denning galerie Cartel Strasbourg 2021 ©VB

Guy Denning : 26 oeuvres expressivement engagées 

J’étais punk de la seconde génération qui était vraiment politique . Guy Denning n’a que peu d’affection pour les organes politiques de notre planète , responsables des guerres , des violences ,  de la dégradation de notre environnement , des bouleversements climatiques , du malheur de l’humanité, si mal partagé . Tirer le portraît de femmes et d’hommes en situation de souffrance ou d’abandon , lui a servi d’exutoire , de thérapie pour sortir de la dépression dans laquelle il a sombré il y a quelques années , mais cette prise de conscience fut accidentelle. Je vous défie de passer devant ces visages ,tracés à coups de fusain rageurs , sans fondre d’émotion , à condition bien sur que vous possédiez un coeur beau .

Comme son travail a fait de lui un artiste populaire , Guy Denning , installé depuis 2007 en France , continue de dessiner ses terriens auxquels chacun parvient à s’identifier : hommes , femmes – souvent difficiles à distinguer , ceux-ci interpellent à propos des dérèglements climatiques , ceux-là défilent en une sorte de story board empreinté aux révoltés du monde . Le trait de crayon est dur ,  net et précis , quelque chose à la Bilal qui serre le coeur. Guy Denning est un artiste concerné , engagé , qui laisse exploser sa sensibilité sur ses toiles ou les murs de la ville pour empêcher le spleen de l’engloutir . L’oeuvre est magistrale , unique , bouleversante .

Jusqu’au 11 avril 2021 à la galerie Cartel Strasbourg 

Guy Denning bio courte d’un artiste intellectuel engagé 

Guy Denning est né à Bristol en 1965. Il a commencé la peinture à l’huile dès l’âge de 11 ans et a suivi des chemins de traverse non orthodoxes pour parvenir à une pratique artistique toute personnelle dans laquelle le texte s’imbrique à la manière d’un message d’alerte.

Après avoir obtenu un diplôme d’histoire de l’art de  » The Open University  » , il exerce un tas de petits boulots pour subvenir aux besoins de sa famille . Dès 2007 , il quitte la Grande Bretagne en total opposition avec son principe de monarchie parlementaire aux antipodes de sa culture punk pour s’installer en petite Bretagne , France, où il  vit et travaille toujours .

Son style exprime le plus souvent la colère que lui inspirent les choix des dirigeants politiques du monde et leurs conséquences désastreuses sur l’humanité. Il est un peintre follement engagé , purement figuratif , son meilleur vecteur d’expression. 

Il aime à préciser son affinité avec la vague punk de seconde génération , années 80 , celle dont le message idéologique anarchiste relève clairement de la contestation politique relayée par des groupes comme Crass ou Poison Girls. Pour crier son opposition , le collectif Crass pratiquait un mix de plusieurs outils comme la chanson , le collage sonore , le film , le graphisme … à l’instar de Guy Denning , artiste libertaire en colère ,  adepte de techniques mélangées type pochoir , bombes aérosols, crayons de couleur ou collages , lancées rageusement à la face du public sur les murs des villes , signant le glorieux avènement du Hip Hop et du graffiti . Guy Denning a été invité à travailler sur une variété de projets communautaires d’art urbain où il a développé son style à nul autre pareil .

Survol chronologique:  en 2010 ,à l’occasion de l’exposition londonienne «  Behemoth  » il a présenté 30 peintures basées sur des images du film de 1928  » La passion de Jeanne d’Arc » de  Carl Theodor Dreyer ( certaines d’entre sont accrochées à la galerie Cartel ) centrées sur le procès de la pucelle d’Orleans . En 2011, il a présenté  à Bologne puis à New-York une série de peintures à l’huile inspirées de la Commedia de Dante  , l’un des plus importants témoignages de la civilisation médiévale construite sur les préceptes de l’Eglise catholique romaine . La Comédie Divine sert ici d’allégorie à l’interprétation personnelle de Guy du monde après le 11 septembre . L’expression «  Purgatorio «  s’était tenue alors , de manière clairement symbolique à quelques rues de Ground zéro et de façon éphémère. En 2015 à Paris,  son exposition «  The Party is over  » coïncidait avec les négociations sur le climat de la COP21 et exprimait haut et fort l’idée de notre responsabilité dans l’extinction des ressources naturelles pour les générations à venir. En 2016 , c’est à Madrid qu’il expose en solo. Il y poursuit son exploration des questions politiques et environnementales à travers une série d’oeuvres d’art représentant des anges , des réfugiés et des portraîts . Le style y demeure sombre et dramatique . L’une de ses toiles a intégré la collection permanente du Neomudejar de Atocha , peut-être aussi en forme de reconnaissance de l’admiration qu’il porte au peintre espagnol Goya.

Guy Denning est un artiste de rue qui sait dessiner , ce qui n’est pas si fréquent , comme le relève Stanislas Belhomme au regard des toiles accrochées à la galerie Cartel . C’est certainement grâce au talent tout particulier de cet artiste si singulier qui franchit simultanément les frontières de l’art contemporain , de l’art urbain et des beaux-arts , que ses oeuvres font aussi partie de plusieurs collections publiquesdont le département de l’université de Bristol, le département de sciences politiques de l’université de Galway, le musöe d’art contemporain de Bologne , et le musée des Beaux-Arts de Brest.

En attendant , peut-être le croiserez-vous dans le coin des Monts  d’Arrée , pointe bretonne où il a posé ses bombes et pinceaux il y a bientôt 15 ans.

Guy Denning

Galerie cartel Strasbourg

Partager cet article :