Liv Schulman CRAC d’Alsace

Le CRAC Alsace présente Eurropa, exposition personnelle de Liv Schulman avec la participation de Pauline Ghersi, commissariée par Elfi Turpin.

Eurropa ouvrira ses portes à une date inconnue à ce jour, entre le 14 février et le 16 mai 2021.

Eurropa! Texte extrait de la conversation entre Elfi Turpin directrice du CRAC Alsace et l’artiste invitée Liv Schulman

Je vous écris ce texte depuis le montage de l’exposition Eurropa. Je viens de faire du papier mâché avec Liv Schulman. Nous sommes installées dans la cave du centre d’art. Nous sommes en train de broyer six mois de parution des journaux L’Alsace et les Dernières Nouvelles d’Alsace que nous mettons à tremper quelques jours pour obtenir une mixture, que nous égouttons, puis pressons pour fabriquer des tuiles qui nous serviront à fabriquer le sol de l’exposition… 

Liv me demande: C’est quoi la métaphysique? Je lui réponds la métaphysique c’est quelque chose comme une science de la réalité…mais elle le sait bien mieux que moi car c’est une professionnelle de la métaphysique. Liv  me demande ce qu’est la phénoménologie. Je trouve une définition : c’est l’étude de la réalité à travers ses phénomènes—le vent, la peur, l’anxiété, la lumière. Liv me demande si je connais la notion d’extension chez Spinoza . Je lui demande ce qu’est le Corps sans Organes. C’est quelque chose comme un monde sous le monde, un monde infra… Au fond, je me demande si l’exposition de Liv Schulman n’est pas une expérimentation du type ‘Corps sans Organes’***, c’est-à-dire une aventure qui essaierait de comprendre comment le corps pourrait échapper à sa définition et sa gestion moderne, celle d’un corps anatomique, d’un corps-objet, d’un corps organisé et coincé dans le discours médical, d’autant plus terrifiant en période épidémique.

Cette discussion a en fait commencé bien plus tôt en 2019, quand j’ai invité Liv Schulman à participer à l’exposition Le couteau sans lame et dépourvu de manche, au CRAC Alsace. Elle y présentait dans la continuité du Goubernement, A Somatic Play (Une pièce somatique) mettant en scène six douanières apatrides interprétées par une seule et même actrice, performant les frontières à travers diverses questions, comportements et techniques de contrôles…

À la réouverture des vannes, nous (l’équipe du centre d’art) invitons Liv Schulman à venir séjourner à Altkirch**** et à explorer la nouvelle fatalité transfrontalière qui borde notre quotidien. Elle écrit un film, une fiction qui met en scène un groupe de douanier·e·s dans une Europe où l’Union européenne n’existerait plus, et où il ne resterait plus que sept pays qui seraient plus au moins des paradis fiscaux, des principautés ou des états-nations à la fiscalité opaque. Elle imagine deux dispositifs de tournages parallèles qui vont fabriquer deux régimes d’images. Elle organise tout d’abord un road trip d’une dizaine de jours durant lesquels elle filme des douanes volantes, incarnées principalement par les officiers Richard Neyroud et Guilhem Monceaux, qui traversent en dissertant le Luxembourg, la Suisse, le Liechtenstein, Saint-Marin, Monaco et l’Andorre. Parallèlement, elle travaille avec neuf actrices vivant dans ces territoires. Ces femmes s’auto-filment et jouent le rôle de douanières qui s’appellent par le prénom du Pays qu’elles représentent. Andorra, Monaco, San-Marino, Suisse, Liechtenstein, Lëtzebuerg, Guernsey parlent de secrets bancaires, de fiscalité, de circulation de flux, d’argent, de codes qu’elles incorporent, d’objets et de désirs qui rentrent mais qui ne ressortent pas. Elles racontent l’invention du capitalisme, la spéculation, la colonisation et le monopole du café, l’invention des taxes.

L’action commence à Saint-Marin dans la salle au premier étage à droite, puis se poursuit dans la salle suivante à Monaco et Guernesey, puis à Saint-Marin encore, puis au Luxembourg, pour reprendre, en Suisse au rez-de-chaussée à droite, puis en Andorre à gauche, pour finir au Liechtenstein dans l’auditorium.

Pauline Ghersi ,coproductrice du film Eurropa, a également réalisé un huis clos, mettant en scène des colocataires pingres, installé en boucle dans une salle attenante. Tous ces corps, corps-Pays, corps-frontières, corps-flux, corps-artiste, corps-code, corps-représentation, corps-sentiment, corps-langage, corps-archive, s’entrelacent dans l’exposition Eurropa.

____________________________________________________________________________________________________________________________

* Sara Ahmed, Queer Phenomenology: Orientations, Objects, Others [Phénoménologie queer: des orientations, des objets et des autres], Duke University Press, 2006.

** Le Corps sans Organes est un terme emprunté par les philosophes Gilles Deleuze et Félix Guattari, dans L’Anti-Œdipe (Éd. de Minuit, 1972) et Mille Plateaux (Éd. de Minuit, 1980), au poète Antonin Artaud.

*** «Le corps n’est plus qu’un ensemble de clapets, sas, écluses, bols ou vases communicants», Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille Plateaux, p.189.

 CRAC Alsace 

Liv Schulman a reçu le soutien du programme DAAD Arts and Media avec la participation du Ministère fédéral des Affaires étrangères, Allemagne.

La résidence d’artistes du CRAC Alsace a été créée avec le soutien de l’Union européenne et du Fonds européen agricole pour le développement rural—programme LEADER.

Le CRAC Alsace est membre de d.c.a, association française de développement des centres d’art contemporain.

Le CRAC Alsace bénéficie du soutien de la Ville d’Altkirch, de la Collectivité européenne d’Alsace, de la Région Grand Est, de la DRAC Grand Est—Ministère de la Culture ainsi que des Amis du CRAC Alsace et du Club d’entreprises partenaires

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *