Naturhistorisches Museum La Terre aux limites

Naturhistorisches Museum Erde am Limit ©VB

Bienvenue dans l’Anthropocène 

L’Anthropocène est une époque de l’histoire de la Terre qui a été proposée pour caractériser l’ensemble des événements géologiques qui se sont produits depuis que les activités humaines ont une incidence globale significative sur l’écosystème terrestre.

Le terme Anthropocène, qui signifie « l’Ère de l’humain », a été popularisé à la fin du xxe siècle par le météorologue et chimiste de l’atmosphère Paul Josef Crutzen, prix Nobel de chimie en 1995 et par Eugene Stoermer, biologiste, pour désigner une nouvelle époque géologique, qui aurait débuté selon eux à la fin du xviiie siècle avec la révolution industrielle, et succéderait ainsi à l’Holocène.

L’Anthropocène serait la période durant laquelle l’influence de l’être humain sur la biosphère a atteint un tel niveau qu’elle est devenue une « force géologique » majeure capable de marquer la lithosphère. La période la plus récente de l’anthropocène est parfois dite la grande accélération, car de nombreux indicateurs y présentent des courbes de type exponentiel.

Naturhistorisches Museum Erde am Limit Fonte des glaciers ©VB

L’exposition du Naturhistorisches Museum de Bâle Notre Terre : passé présent avenir 
20 novembre 2020 – 30 mai 2021

La Terre est une planète très particulière: elle a fait naître la vie. Pendant des milliers d’années, l’homme y a vécu en harmonie avec la nature, sans laisser derrière lui de traces profondes. Mais désormais, notre besoin sans cesse croissant d’espace et de ressources naturelles exerce une pression sur les écosystèmes du monde entier. L’exposition LA TERRE AUX LIMITES illustre notre rôle dans la nature. Quelles sont les conséquences de nos actions à long terme? 

Naturhistorisches Museum Erde am Limit Oceans poubelle ©VB

Quel avenir pour notre planète ? Le Naturhistorisches Museum propose une exposition à vocation itinérante riche d’enseignement jusqu’au 30 mai 2021 

Grâce à des installations interactives intelligentes et des illustrations parlantes , nous allons savoir  exactement comment l’homme, en tant que partie intégrante de l’environnement naturel, influence les écosystèmes de notre planète et quelles en sont les conséquences. La mise en scène attrayante rend compréhensibles les grands liens dans la nature, présente les faits et élimine les malentendus. Un programme varié accompagnant l’exposition invite les visiteurs à regarder le sujet complexe sous différents angles.

Pièce après pièce, la scénographie attrayante emmène le visiteur dans un voyage à travers les différents écosystèmes et lui permet de comprendre comment l’humanité modifie les cycles naturels par la surexploitation des terres, des mers et de l’eau douce et la production de polluants et d’émissions de gaz.

Quelques repères éclairants grâce à des bornes interactives

Comment l’homme cohabite avec la nature ? plantes, animaux, champignons , micro-organismes, êtres humains: ils font tous partie de la nature , de ce système si complexe et dynamique . La nature est en constante évolution, C’est naturel. Survit celui qui est le mieux adapté. C’est ça l’évolution. Le changement environnemental la conduit, la diversité est sa base.

Nous appelons écosystèmes les réseaux d’interactions entre des espèces d’animaux, de plantes et de champignons, et de ceux-ci avec leur environnement. Nous , les humains en faisons partie et modifions très rapidement cet équilibre. Aujourd’hui , les animaux et les plantes disparaissent plus de 100 fois plus vite qu’autrefois. La faute aux pesticides et autres antibiotiques car , de plus en plus souvent , les parasites et les germes ne disparaissent pas mais deviennent résistants aux produits chimiques . Les prédateurs des uns sont les proies des autres. Lorsque les espèces disparaissent, cela ne se limite pas simplement à une réduction de l’écosystème, mais signifie la perte des relations que ces espèces entretenaient avec d’autres au sein de ce réseau.

Le carbone , c’est la vie ! Il est présent dans les molécules de tous les êtres vivants , dans le dioxyde de carbone de l’atmosphère et dans le charbon, le pétrole, le gaz naturel et le calcaire qui se trouvent dans le sol. Le carbone les lie tous dans un cycle. Les plantes , les champignons et les micro-organismes constituent ainsi les moteurs d’un cycle naturel continu. L’eau est l’autre élément indispensable à la vie . La question est de savoir si notre terre continuera à suffire pour tout et tous. L’empreinte écologique nous informe à ce sujet . Elle est calculée en termes de surface. Un tableau établit également de façon très didactique la consommation d’eau et l’émission de CO2 qu’entraînent la production et le transport de différents produits de consommation courante . 

Des terres surexploitées : pendant des millions d’années , les paysages ont été des espaces naturels et sauvages. Les hommes en ont transformé les trois quarts pour l’agriculture , le transport, l’urbanisation, ou l’extraction de matières premières. Partout dans le monde , nous défrichons les forêts pour les remplacer par des champs de céréales et nourrir 8 milliards d’individus .  Des cartes topographiques de Bâle et de sa région montrent très précisément la disparition des zônes rurales au profit des zônes urbanisées ces 100 dernières années .Cependant , la prise de conscience est positive car aujourd’hui , environ 15% de la superficie de la Terre est placé sous protection. On reboise plus de forêts, in revitalise toujours plus d’eaux. Il est grand temps car les forêts abritent pas moins de 80% des espèces d’animaux, de plantes et de champignons sur la terre ferme. Depuis qu’il existe, l’homme a défriché la moitié des forêts présentes avant lui.

Nos mers  polluées assurent toutefois la subsistance de près d’1 milliard d’êtres humains.Elles déterminent notre climat et abritent de nombreux êtres vivants et des écosystèmes uniques. Environ , la moitié de l’oxygène que nous respirons provient de la mer: la photosynthèse n’est pas seulement le fait des forêts et plantes terrestres, mais aussi des plantes marines et des algues. Les courants marins influencent le climat : ils transportent du carbone et d’autres particules dans les profondeurs des océans. Ces dernières années , l’activité humaine a mis en danger l’équilibre vital de notre planète en provoquant le réchauffement climatique ( la température mondiale a augmenté d’un degré depuis l’époque pré-industrîelle du à l’émission de gaz à effet de serre en particulier le CO2 ) , en  pratiquant la pêche à outrance ( surpêche mondiale évaluée à 30% ), en continuant à traîter la mer comme une poubelle ( 12 à 20 millions de tonnes de plastique résiduel dans la mer ) et entrainer des marées noires à répétitions.

 

Le recyclage Alternative à la surexploitation des ressources minières naturelles comme le cuivre, l’or, le lithium .

Les matèriaux de l’exposition sont eux-mêmes issus de recyclage .Lors de la planification et de la réalisation de l’exposition, le musée a accordé une grande attention à l’utilisation prudente des ressources naturelles. Pour sa construction, on a utilisé des matériaux qui avaient été utilisés auparavant sous une autre forme ou qui étaient stockés dans un dépôt. Outre le bois, les peintures murales et les meubles du fonds du Musée d’Histoire Naturelle, des éléments des expositions passées du Museum der Kulturen et du Musée Tinguely ont ainsi reçu une seconde vie. ERDE AM LIMIT a été conçue comme une exposition itinérante afin de s’assurer que sa production atteigne une utilisation et un impact durables.

Les mêmes considérations ont conduit à donner au très populaire bar du musée la devise « Repenser » cette fois-ci. Pour le comptoir du bar, le mobilier de salon et la décoration, les matériaux déjà utilisés ont été recyclés et brillent ainsi d’une nouvelle splendeur. Comme les années précédentes, une fois par mois, vous pouvez profiter de la fin de la journée de travail dans une atmosphère agréable et visiter l’exposition en soirée.

NATURHISTORISCHES MUSEUM 

 

Naturhistorisches Museum Erde am Limit Huppe fasciée Disparue réapparue L'espoir est permis ©VB
Partager cet article :