Thierry Martenon sculpteur

,

9 mars 2021

Thierry Martenon mars 2021 désert d'Entremont ©VB
Thierry Martenon mars 2021 désert d’Entremont ©VB
Thierry Martenon mars 2021 désert d'Entremont ©VB
Thierry Martenon mars 2021 désert d’Entremont ©VB

Rencontre avec Thierry Martenon sculpteur sur bois en son atelier d’Entremont-le-Vieux installé en Chartreuse  

J’avais découvert son travail très contemporain à Bâle au premier salon Trésor organisé en 2017. Thierry Martenon appartient à une lignée de paysans de montagne, amoureux du bois, ébénistes, ou simplement scieur comme son grand-père. Thierry Martenon travaille où il est né et c’est ce qui lui importe exactement. Il a pourtant été, il y a presque vingt ans de cela, convié en résidence d’artiste à Philadelphie, puis invité par la suite à exposer ses œuvres à New-York, Boston, Los-Angeles, Paris, Londres… rien ne l’a convaincu d’abandonner sa montagne. Cette notoriété est mille fois méritée mais cet amoureux de la nature aime à préciser qu’il préfère à n’importe quelle promotion le contact direct avec celle ou celui qui s’intéressera à son travail. 

 » La nature coule dans mon sang. J’ai grandi dans les forêts alentours…Je n’ai rien inventé,le bois est ma langue natale. »

Dans l’atelier aménagé au Désert d’Entremont, l’ancienne étable de son arrière-grand-père, Thierry Martenon travaille, beaucoup, environ cinquante pièces chaque année  dont l’élégance le dispute à la sobriété. Pas étonnant pour quelqu’un qui a fait sienne la devise du chef de file du Bauhaus, Ludwig Mies van der Rohe,  » Less is more « .  Bien que, si l’on y regarde de plus près, le bois vit, respire, parle et ça peut être bruyant ! J’y devine ici des traces fossiles encadrant cet ovale parfait, là les plissés emblématiques d’Issey Miyaké , et encore les circonvolutions labyrynthiques d’un chorégraphe halluciné.

Pour l’heure, celui qui fut ébéniste puis charpentier, a toujours du mal à concevoir son passage au métier d’artiste ; il est avant tout sculpteur, sur bois en particulier parce que celui-ci est en quelque sorte inscrit dans son ADN. Il cite volontiers ceux qui l’inspirent : Paul Klee, Henry Moore,  Brancusi ou parmi les contemporains David Nash, le land artiste britannique Andy Goldsworthy ou encore le joueur de noir -lumière Pierre Soulages; j’ajouterais qu’il me semble retrouver dans sa dernière œuvre les personnages dansants de Keith Harring mais rien n’est moins sur, ce ne sont peut-être que des arbres qui peuvent parfois être à ce point vénérables qu’ils aient atteint les 500 ans. Respect ! Thierry Martenon ne travaille qu’avec des essences locales : epicéa, frêne, noyer (la rolls du bois des sculpteurs) 

Si vous êtes architecte ou versé dans l’univers du design, vous pourrez admirer ses œuvres au prochain salon Architect@work à Paris les 23 et 24 septembre 2021

Thierry Martenon 

De la nature à l’œuvre : le bois 

2016 Ulmer éditeur Ouvrage en français et anglais 39€

Thierry Martenon mars 2021 désert d'Entremont ©VB

Partager cet article :